mercredi 17 Juin 2009

Hadopi mise à mal

ActualitéAprès la cuisante défaite lors du passage devant le conseil constitutionnel, la haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet Hadopi subit encore quelques revers.

La loi épurée pour respecter la constitution ne se résume plus qu'à une sorte de gros outil à envoyer des avertissements. Un gros outil à 150 millions €. :-|

Tout d'abord vendredi, Numerama a rendu public le courriel du journaliste de TF1, Jérôme Bourreau, qui a été licencié pour avoir écrit à sa députée. On apprend qu'il a finalement dit les mêmes choses que le conseil constitutionnel.

~

De plus c'est une correspondance privée, qui n'a rien à voir avec son emploi à TF1. Mais il parait qu'à TF1 on soutient le projet, et ça fait tache de «tirer contre son camp».


Aujourd'hui, la justice italienne conclut que l'IP n'est pas une preuve suffisante pour identifier quelqu'un. Une conclusion auquelle le tribunal français de Guingamp était déjà arrivé.

Source Numerama: L'adresse IP n'est pas une preuve suffisante.

~

Alors sur quoi peut encore s'appuyer Hadopi? Christine Albanel souhaite un passage au tribunal expéditif, sans possibilité pour l'internaute de se défendre et basé sur le relevé de l'adresse IP. Il sera pourtant facile de montrer devant un tribunal européen que c'est une preuve insuffisante.

Personne n'habite donc dans le quartier de notre ministre pour lui le prouver en passant par son modem? :-p

~

En mettant la pression sur TF1, notre ministre semble refuser tout dialogue et s'entêter dans cette loi absurde, contraire aux libertés et couteuse. La majorité des internautes est prête à payer un supplément d'abonnement pour avoir le droit de télécharger (principe de la licence globale).

Nous sommes en démocratie, le gouvernement est censé représenter le peuple et pas quelques multinationales en mal d'argent.


café Cet article vous a aidé? 
Offrez-moi un café!
Agrégateur informatique

Laisser un commentaire

Azur Dev