jeudi 5 Août 2010

Jiwa ferme

ActuEn arrivant sur Jiwa aujourd'hui j'ai eu la mauvaise surprise de découvrir le message suivant: :-(

Chers Jiwers,
Nous sommes désolé de vous annoncer que nous devons immédiatement couper l'accès à la musique à la demande sur Jiwa.
Vos listes de lecture restent accessibles pour le moment en mode radio. En effet, le Tribunal de Commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire de la société. Nous vous remercions pour vos nombreux messages d'encouragements qui nous font chaud au cœur. Sachez que nous recherchons activement des repreneurs afin que l'aventure Jiwa puisse se poursuivre...

A bientôt,
L'équipe Jiwa

-

Quelques renseignements pris, il s'avère que la société est déficitaire depuis sa création. Tout comme tous les autres sites diffusant de la musique gratuitement, ainsi que Dailymotion par exemple. En effet, la bande-passante coute très cher sur Internet et la diffusion de son et d'image en consomme beaucoup plus qu'un site Web en texte.

-

Deezer appartient en partie à Orange qui peut assurer des offres payantes, de plus il limite l'accès à certains titres. Jiwa était beaucoup plus ouvert et ne comptait que sur la publicité. L'argent demandé par les industries musicales pour autoriser la diffusion de leur catalogue était hors de proportion. Jean-Marc Plueger, président et co-fondateur de Jiwa, rapporte que si certaines majors étaient raisonnable (comme le partenaire Universal Music) d'autres réclamaient un minimum d'un million €, alors que le chiffre d'affaire de Jiwa sur 2009 n'était que de 300 000 €. :-/

Ceci prouvant encore une fois que l'industrie musicale a une génération de retard. Au lieu d'aider les sites diffusant légalement leur musique, elle préfère continuer d'essayer de vendre ses galettes en plastique (des CD!).

-

Le créateur de Jiwa met en avant le contexte difficile. D'un côté, le marché légal est déjà archidominé par un acteur unique, Apple, qui en détient près de 70 % en France. De l'autre, il y a la concurrence du téléchargement illégal largement répandue. «Dans ces conditions, il est difficile d'exister. D'autant plus que les majors ne nous aident pas», insiste Jean-Marc Plueger.

Au passage, Jean-Marc Plueger égratigne le gouvernement, incapable de mettre en place des mesures d'aide au secteur, pourtant promises lors de l'élaboration de la loi Hadopi. Une allusion notamment à la carte musique jeune, initialement prévue au mois de juin et toujours pas lancée.

Source Jiwa ferme, la faute aux majors et au piratage (je ne vois pas pourquoi au piratage)

-

C'est la fin d'un bon site... Le 29 juillet 2010, le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire de la société qui était déjà en cessation de paiement depuis le début du mois. Jean-Marc Plueger explique que «le site va très prochainement basculer dans un mode d'accès restreint et l'écoute à la demande ne sera plus possible». Cela en attendant un repreneur ou que le site ferme définitivement faute d'argent.

Pour remercier nos bons industriels du disque, je vous propose de continuer l'écoute via de bons vieux MP3, téléchargés illégalement et qui ne leur rapporteront rien du tout. Peut-être ensuite se diront-ils que 100 000 € de la part de Jiwa auraient été préférables... :-|

~

Articles reliés (qui pourraient donner des idées où trouver l'argent pour sauver Jiwa et les autres):


café Cet article vous a aidé? 
Offrez-moi un café!
Agrégateur informatique

Une réponse à “Jiwa ferme”

  1. 1
    zone de vie (zonedevie.com) a dit:

    Effectivement, c'est la mauvaise surprise de l'été. Ils préfèrent peut-être que les internautes téléchargent illégalement (car de là à payer un morceau 0,99€...faut pas délirer )

Laisser un commentaire

Azur Dev